adao

 

Date du communiqué de presse : 8 mars 2018

L’ADAO organise sa 14ème « Semaine annuelle de sensibilisation mondiale à l’amiante » du 1er au 7 avril 2018

Traduite en six langues différentes, la campagne de cette année vise à toucher un public plus large dans ses efforts en faveur d’un futur sans amiante

adao

Washington, États-Unis — 8 mars 2018 — L’ADAO, qui combine éducation, plaidoyer et représentation communautaire afin de garantir que justice soit rendue aux victimes de l’amiante et d’œuvrer en faveur de la prévention de l’amiante, a annoncé ce jour le lancement de la 14ème Semaine annuelle de sensibilisation mondiale à l’amiante, qui se tiendra du 1er au 7 avril 2018.

La Semaine de sensibilisation mondiale à l’amiante est destinée à la sensibilisation et la prévention. Au programme chaque jour : des organisations de premier plan qui présentent des ressources pédagogiques, des blogs invités, des vidéos et des récits de victimes de l’amiante, ainsi que des supports phare traduit en six langues en vue de leur distribution aux quatre coins de la planète. La semaine s’achèvera le 7 avril par une veillée aux chandelles en ligne.

Cette Semaine de sensibilisation mondiale à l’amiante, dont les maîtres mots sont résilience et coopération, mettra l’accent sur les thèmes suivants :

  1. Interdire l'exploitation minière, la fabrication et l'utilisation de l'amiante
  2. Empêcher toute exposition à l'amiante
  3. Favoriser le respect et l'application des lois et réglementations existantes
  4. Renforcer les partenariats internationaux

Cette année, un message d’intérêt public sera diffusé lors de la Semaine de sensibilisation mondiale à l’amiante, sous la forme d’une vidéo intitulée « L’amiante : le tueur que vous ne voyez pas », qui dépeint la réalité tragique de l’amiante et de ses ravages. À travers une animation qui est l’œuvre de Chocolate Moose Media (CMM), ce message d’intérêt public raconte l’histoire d’une jeune fille qui perd son père emporté par l’amiante, en mettant en avant le rôle de ces fibres sournoises et quasiment invisibles. En plus de l’anglais, il est disponible en cinq autres langues : russe, hindi, portugais, français et espagnol — afin d’atteindre de nouveaux publics, notamment dans des pays qui continuent d’extraire, d’utiliser et d’exporter l’amiante. Il est également disponible au format mobile.

« Nous sommes enthousiastes à l’idée de faire entendre notre message à un public encore plus large à travers notre collaboration avec McOnie, une société britannique spécialisée dans les relations publiques qui a remporté de nombreux prix, et qui nous aidera à diffuser notre message aux quatre coins du globe », a déclaré Linda Reinstein, cofondatrice de l’ADAO dont le mari est mort des suites d’un mésothéliome. « Pour dire la vérité crument, l’amiante tue et la prévention demeure le seul remède. Les personnes souffrant de maladies liées à l’amiante, comme le mésothéliome, peuvent vivre encore des années, voire des décennies, mais les conséquences des fibres d’amiante se font ressentir en quelques battements de cœur seulement. »

L’amiante est une substance cancérigène célèbre pour laquelle aucun niveau d’exposition n’est sans danger. L’amiante a été largement utilisé depuis le 19ème siècle dans le bâtiment, la construction navale et le secteur automobile. L’amiante, qui n’est frappé d’aucune interdiction, reste légal et mortel et près de 200 000 décèdent chaque année à la suite de maladies liées à l’amiante.

Depuis sa création en 2004, l’ADAO a travaillé avec le Sénat américain pour faire adopter à l’unanimité treize résolutions de la Semaine de sensibilisation à l’amiante et a obtenu cinq mises en garde globales contre l’amiante de la part des chirurgiens américains afin d’empêcher l’exposition à l’amiante et d’éradiquer les maladies mortelles liées à cette substance.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.asbestosdiseaseawareness.org.

 ###

À propos de l’ADAO
L’ADAO a été fondée en 2004 par des victimes de l’amiante et leurs familles. L’ADAO est la plus grande organisation à but non lucratif des États-Unis. Elle vise à parler d’une même voix aux victimes de l’amiante et aux citoyens concernés à travers nos initiatives en matière d’éducation, de plaidoyer et de représentation communautaire. L’ADAO entend sensibiliser le public aux dangers de l’exposition à l’amiante, préconiser l’interdiction de l’amiante, et protéger les droits civiques des victimes de l’amiante. 

 

Contact médias :
Kim Cecchini
(202) 391-5205
kim@asbestosdiseaseawareness.org