Langues disponibles: DE EL EN ES FR HU IT MD PT RO RU SQ ZH1 
Retour

Traduction

L’Union européenne devient monolingue

Date | 2015-05-19

La décision de la Cour de justice européenne, en mai 2015, rejetant la plainte de l'Espagne concernant la nature discriminatoire du processus de brevet unifié, est indicative de la tendance lente mais sûre de l'UE à devenir monolingue.

L’Union européenne devient monolingue

Information de contact

Organisme T4J
Tél+33 (0)2 35 59 97 70
Fax+33 (0)2 35 59 97 75
Ville Bihorel (France)
La décision de la Cour de justice européenne (1), en mai 2015, rejetant la plainte de l'Espagne concernant la nature discriminatoire du processus de brevet unifié, est indicative de la tendance lente mais sûre de l'UE à devenir monolingue.
L’Espagne a affirmé à juste titre que le nouveau système de protection des brevets est discriminatoire, puisque les brevets doivent être déposés en anglais, français ou allemand pour être applicables – excluant ainsi les citoyens de l'UE qui ne parlent pas l'une de ces langues. La demande a été rejetée le 6 mai.
Le processus n’est pas nouveau. La Convention sur le brevet européen (CBE) a été signée à Munich le 5 octobre 1973 et est entrée en vigueur le 7 octobre 1977. Dès cette date, les langues officielles de l’UE étaient l'anglais, le français et l'allemand.
La raison de l'évolution récente du processus de brevet, soutenue par la Belgique, la République tchèque, le Danemark, l'Allemagne, la France, le Luxembourg, la Hongrie, les Pays-Bas, la Suède et le Royaume-Uni (mais aucun des autres Etats membres de l'UE) est le coût et le temps nécessaire pour traduire les brevets.
Elle ne prend pas en compte le coût et le temps imposé aux citoyens de l'UE qui ne parlent pas anglais, français ou allemand pour traduire leurs demandes de brevet dans l'une de ces langues.
Selon les dernières statistiques concernant la traduction (2012) de la Commission européenne (2), le plus fort pourcentage de pages traduites était en anglais (14,92%), suivi du français (8,25%) et de l'allemand (6,45%). Seulement 0,38% des pages (6680 pages) ont été traduites dans d'autres langues européennes.
Les traductions pour la Commission européenne coûtent 330 millions d'euros par an, soit un peu plus de 1 euro par citoyen. La Commission européenne justifie le coût en disant que «En tant qu’organisation démocratique, l'UE se doit de communiquer avec ses citoyens dans leur propre langue". Il semblerait que la justification réelle ne soit pas l'intérêt du peuple, mais l'intérêt bancaire.
En 2000, la CE a informé ses organes représentatifs tels que les Euro Info Centres que ses documents seraient publiés seulement en anglais. La récente décision de la Cour de justice de l'UE est en ligne avec cette tendance. La capitale de l'Europe se trouve ni à Strasbourg ni à Bruxelles ; elle est dans la City de Londres.
(1) curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text=&docid=164093&pageIndex=0&doclang=EN&mode=req&dir=&occ=first&part=1&cid=114406
(2) one-europe.info/translation-in-the-european-union-facts-and-figures

Sylvain Montéro est traducteur principal (français), Responsable Qualité de la société HTT, et rédacteur d’Inttranews (version française).
www.inttranews.net


Contact

Organisme T4J
Nom Duff
Prénom Malcolm
Fonction CEO
Tél 02 35 59 97 70
URL http://www.translatorsforjournalists.org


###
PDF   print      Partager

Partager

Ce communiqué vous intéresse ? Partagez-le !

Entrez votre email afin de recevoir une alerte de ce communiqué que vous pourrez ensuite partager avec les membres de votre réseau.

  

Vos données ne sont ni communiquées ni commercialisées par Kontax à des tiers sous quelque forme ou de quelque manière que ce soit.

  T4J   

0 Commentaire(s)   Ecrire un commentaire


advertising